Sélectionner une page
DUO FREQUENT

DUO FREQUENT

Covid 19 – jour 39

Les rencontres journalières sur la route du taff. Alors, est-ce la raison de ce covid 19 que ce genre de scène de vie se présente ou alors est-ce plus le fait que je n’y prêtais attention. Je pense plutôt a cette seconde hypothèse à ma faveur …
Bref, la rue me manque. Je me suis dit il y a encore peu que je ne courrais plus après le cliché pour que journalièrement j’en propose un, mais il s’avère que depuis ce confinement, je n’ai pratiquement pas sorti l’appareil photo pour de la prise de rue. Mais hier, c’était un peu différent … il m’a suivi sur mon lieu de travail et sur le retour, une prise. celle-ci est la seule d’ailleurs sur tout le chemin.

LA PHOTO DU GRENIER

LA PHOTO DU GRENIER

Mai 2018, Arras.

Lieu, la place des héros. plus connu comme place du Beffroi, c’est ainsi que je la nomme et que la demande se fait quand il s’agit d’indiquer l’endroit à des personnes de passage en notre ville.
Lunettes et bras croisés, le temps d’une petite pause … sauf que pour un, il le restera un bon bout de temps 🙂

STREET LIFE

STREET LIFE

” street life ” simplement
La vie d’une rue n’est pas une vie sans âme, l’être humain s’incorpore dans cette structure de notre vie sociale et s’alimente de nos regards sur celle-ci … la rue fait partie de notre histoire.
Prise dans Arras.

PIXEL

PIXEL

” PIXEL”
Mais je suis seule ! Mais non … monde virtuel, tu es là, bien là. partout où je serais, tu y seras. Je décroche pour te parler et décroche un peu, mais juste un peu de notre monde réel, pour un monde social qui efface celui qui me voit avancer.

Je continue avec la série Y

Je continue avec la série Y

Une de plus dans cette série, qui prend son temps pour se remplir. Mais parfois, cela vaut le coup d’être patient … la coïncidence fait bien les choses quand t-on regarde de plus prés cette prise. Oui, le reflet de son visage … si j’avais voulu vraiment le faire volontairement, je ne l’aurais pas réussi. Je me tourne de plus en plus sur des noir et blanc très dures, très sombres et contrastés pour ne mettre en évidence que l’essentiel, le sujet principal. c’est mon style où du moins le devient.

 

BEHIND ME

BEHIND ME

Elle est derrière moi, il me suit, me colle sans interruption, attend le moment, celui que je ne connaîtrais jamais … Il sera trop tard pour le savoir. Mais je sais en revanche qu’il me prépare quelque chose au moment venu. L’emprise du temps, celui qui nous enlève de notre énergie a petit feu …
Place des héros d’Arras, une matinée froide, aux environs de 7h30. La ville se réveille et moi aussi.