Sélectionner une page
Le temps d’un café

Le temps d’un café

Cahier de nuit #2 – le temps d’un café

Une terrasse, les jambes croisées, un regard fixe me fixant d’être surpris de la prendre en photo … le sourire vint ensuite.
Sa façon d’être et son look si gavroche m’inspira dans le spontané du moment.
j’aime ses moments uniques.

 

 

Cahier de nuit …

Cahier de nuit …

J’ouvre le cahier de mes soirées nocturnes, chaque page sera une image sombre prise le temps de mes promenades sur Arras ou ailleurs. Mes clichés seront avant tout spontanés, la réflexion photographique viendra ensuite.

Je pense, je regarde, je prends … pas plus de question.

Je ne travaille pas mon approche, je le fais selon mon émotion de l’instant.
Les rues d’Arras racontent quelque chose, mais bien plus le soir, quand le noir domine. j’ai beaucoup apprécié l’atmosphère qui sans dégagé.

Les murs et lampadaires, les structures crée cela.

Le personnage donne une résonance supplémentaire que j’apprécie.

 

 

behind this door

behind this door

25 Mai de cette année les promenades avec l’ACC (Arras caméra club) nous mène derrière notre-Dame-de-la-Treille qui est la cathédrale de Lille … Le pourtour de la treille est un endroit vivant, où règne un esprit bohème et un lieu de détente et de rencontre.

 

 

Tranquille …

Tranquille …

 » Tranquille « 
La période des fêtes de fin d’année dans les rues nous donne bien des couleurs sympathiques.
La rue est avant tout pour moi fait de noir et de blanc. mais pas là … À vous d’en juger.
je rajoute par la même occasion que la photo de rue sans humains n’est pas …
#arras #colors #rue #street #streetphotography

 

 

Du chien …

Du chien …

S’obstiner et courir, ou presque …
Dans les rues d’Arras. Comme une attirance, je dirais presque, comme une évidence. je n’attendais qu’une chose, que ce toutou tourne sa tête. En vain, après quelques mètres à sprinter plus au moins … j’ai appuyé et voilà, cela suffira à mon plaisir et en sortir avec ce cliché.

 

 

Dans le fond …

Dans le fond …

13/10  – Arras – La nuit dort dans le fond ma poche à la recherche du vide ou de l’absolu inutile… un bout de papier froissé, un bonbon, un briquet, une clé où je ne sais encore … un instant de vie que je prends d’un revers de main pour capter ses moments que j’explique à travers ma lecture photographique qui ne se définit pas au moment de la prise, mais après. Une fois que la personne est bien plus loin en ayant sortie de sa poche la quête d’une recherche fructueuse ou pas. Seul le silence de sa poche aura sa réponse ou le creux de sa main.